La sant par l\'alimentation et tre en forme avec de belle formes, c\'est possible.

Bonjour     visiteurs jour : 3     Total clics   :   4259134

 
Clics 675

Les allergies aux pollens, de quoi gâcher les beaux jours !


sante journaldes femmes cartes des pollens


Les symptômes de l'allergie aux pollens

Le nez qui coule, la gorge qui chatouille, des démangeaisons... Tous les ans au printemps, les mêmes symptômes reviennent. Nos conseils pour enfin trouver un traitement.


Le rhume des foins ressemble à un rhume classique avec ses symptômes habituels :


 Le nez qui coule.

 Le nez bouché.

 Les éternuements.


Parfois d'autres symptômes sont associés, comme la conjonctivite (les yeux qui larmoient, rougissent et grattent) et des démangeaisons du nez, parfois du palais.


Le Dr Marmouz, allergologue à Pontoise et Gisors nous dit : "Face à ces symptômes, il ne faut pas se dire que ça va passer, il faut consulter son médecin. Si l'on attend, l'allergie risque de s'intensifier, et de s'étendre à d'autres allergènes (aliments, animaux, acariens...).


De plus, une allergie localisée aux yeux ou au nez  peut toucher les voies hautes et entraîner des otites, des sinusites ou même se compliquer en asthme. Il faut être particulièrement attentif à la toux, aux sifflements lors de la respiration ou aux essoufflements respiratoires.


Les 3 grandes familles végétales à pollens allergisants

Les arbres.

Les graminées.

Les herbacées.

Les types de pollens responsables des rhinites allergiques varient selon les variétés de végétaux et donc des régions et des saisons.

Généralement les symptômes de rhinite apparaissent :

De février à avril pour les pollens des arbres (cyprès, bouleaux, frênes...) ;

de mai à juillet pour ceux des graminées (prairies, pelouses, jardins...) ;

et d'août à octobre pour les herbacés (armoise, ambroisie).

Certains pollens restent cependant dans l'atmosphère toute l'année.






Soigner les allergies

Il existe des médicaments disponibles sans ordonnance en pharmacie.

Les antihistaminiques agissent rapidement sur l'écoulement nasal ainsi que sur les démangeaisons du nez. Respecter les posologies.

Les antihistaminiques peuvent induire une somnolence. Pensez-y si vous devez prendre le volant et demandez conseil à votre pharmacien.


On peut également utiliser des corticoïdes locaux pour le nez ou les yeux. Sous forme de solutions nasales, ils ont une action anti-inflammatoire et permettent de déboucher le nez. Ils ne doivent pas être utilisés sur une trop longue période car ils risquent de fragiliser les muqueuses à la longue. A utiliser avec précaution et parcimonie.

Les spray à base de calendula. Cette plante herbacée est connue pour son action calmante et décongestionnante et peut être utilisée quotidiennement lors des périodes de pollinisation. C'est en plus un produit naturel (comme les annamites phalloïdes ! Je me permet cette remarque pour attirer l'attention sur le fait que tout ce qui est naturel n'est pas forcément bon. Mais en pharmacie  vous ne risquez rien.)


Consulter un allergologue

Une allergie persistance peut avoir des répercussions au quotidien. La rhinite peut provoquer des troubles du sommeil et une grande fatigue. Avant d'en arriver là, dès que les symptômes sont gênants et persistant, lorsque les traitements classiques prescrits par le médecin traitant ne sont pas suffisants, avec son accord, consultez un médecin spécialiste allergologue. 


Test cutanés

Les test cutanés permettent de savoir à quels allergènes on est sensible, il y en a souvent plusieurs. Ils permettent de savpoir comment se comporter pour réduire les allergies, si l'on est allergique aux pollens de graminées, il faut éviter de lézarder dans un parc ou de tondre sa pelouse. Si on est allergique aux pollens de bouleau on risque de l'être aussi à certains fruits comme les cerises ou la pomme.


Dans le cas du rhume des foins, le médecin va utiliser le test cutané "prick test". Il consiste à injecter sous la peau de très faibles doses de plusieurs allergènes (sur l'avant-bras ou dans le dos). C'est rapide et indolore. En cas de réaction positive à un allergène, il apparaît un gonflement et une rougeur à l'endroit de la piqûre s'accompagnant de démangeaisons au bout de 10 à 15 minutes .


Une analyse de sang permet de doser les anticorps à un allergène donné.


La désensibilisation : pour en finir avec les pollens

Lorsque l'allergène responsable est identifié, le médecin allergologue va proposer une désensibilisation à son patient. C'est sur le même principe que le vaccin  : on administrer à l'organisme des doses supportables d'allergène pour l'habituer à sa présence et rendre l'organisme résistant.


La désensibilisation commence en dehors de la période pollinique et est prolongée quelques mois pendant la saison. On peut la proposer aux adultes et aux enfants dès l'âge de 5 ans.


Auparavant il fallait se rendre chez le médecin pour qu'il fasse les injections d'allergène sous la peau. Aujourd'hui, il suffit de déposer quelques gouttes de l'allergène sous la langue tous les matins à jeun. Plus on avance dans le traitement et plus les prises s'espacent.


La désensibilisation  notamment pour les allergies aux pollens de graminées réussit dans 60 % à 80 % des cas. Lorsque plusieurs pollens sont en cause en même temps, elle n'est généralement pas utilisée. Les  traitements se prolongent généralement 3 à 5 saisons.

La désensibilisation permet souvent d'éviter que d'autres allergies apparaissent avec le temps et diminue le risque d'asthme et d'eczéma. 


Source Le journal des femmes, l'internaute

Les allergies aux pollens

Votre message -->

Classement
par date
croissante.
dcroissante.
Pseudo Le 1-5-2017. Titre


Jean le 2-4-2014. Un truc savoir
Penser se rincer les cheveux le soir avant d'aller se coucher pour en liminer les grains de pollens qui en se dposant sur l'oreiller incommode toute la nuit.

 

Total des visiteurs  :    1971492   dont aujourd'hui :   3    En ligne actuellement :  1      Total des clics   4259134